L’importance de manger local

Dans les pays riches, le « manger local » n’a pas pour but d’assurer la sécurité alimentaire mais de réduire l’impact écologique des transports et d’éviter la disparition progressive des agriculteurs.

Un autre avantage -et non des moindres- est la fraîcheur des produits et, notamment pour les légumes, de faibles pertes en vitamines. La contribution à la diversité des paysages est une raison de plus de limiter la spécialisation des régions dans un type de production. Enfin, manger local, ou du moins, ne faire appel qu’occasionnellement à des aliments provenant, directement ou indirectement , des pays du sud, c’est refuser de contribuer à nous nourrir à leur dépens.

Il y a plusieurs manières de consommer local

Avoir un potager, un verger et quelques poules est évidemment la meilleure manière, qui ne présente que des avantages: fraîcheur, absence de transport, possibilité de choisir les meilleures variétés, et aussi une occasion de faire de l’exercice physique.
L’achat à la ferme est une excellente solution à condition que celle-ci soit proche. Une solution intéressante est celle des magasins de producteurs: plusie

urs agriculteurs se rassemblent pour vendre leurs produits en un lieu unique.
L’achat sur les marchés évite au consommateur le déplacement en voiture et permet, comme

l’achat à la ferme, d’avoir un contact personnel avec le producteur. Cependant , ceux qui vendent sur les marchés sont souvent des revendeurs, qui peuvent acheter leurs marchandises très loin.

Les Amap (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) connaissent, à juste titre un grand succès. Non seulement elles assurent l’origine locale des

produits mais elles offrent aux agriculteurs une garantie de pouvoir vendre au moins une partie de leur production à un prix rémunérateur.
Une dernière solution intéressante est la constitution de groupements de consommateurs, le plus souvent informels, qui s’organisent pour grouper leurs command

es et permettre de limiter les déplacements.

Extraits de biocontact, de septembre 2013